Une fausse Ferrari 312T arrêtée par la douane italienne

Alors qu’elle se rendait en Suisse, une contrefaction de la monoplace de Formule 1 du Cheval cabré a été interceptée près de Chiasso par l’agence des douanes et la Guardia di Finanza. Il s’agit d’une réplique quasi parfaite de la célèbre Ferrari 312T pilotée par Niki Lauda entre 1975 et 1976. Plus d’informations ici.

Les répliques non autorisées : un phénomène bien connu de Ferrari

Ferrari rencontre depuis quelques années plusieurs cas de répliques de ces modèles. Cette histoire se déroule à la frontière entre l’Italie et la Suisse, à Ponte Chiasso. L’agence des douanes et la Guardia di Finanza ont rencontré une réplique non autorisée de la une Ferrari 312 T. Un autre cas s’était produit il y a quelques mois à La Spezia. La douane avait intercepté une fausse SF90 en provenance du Brésil.

La Ferrari 312T arrêtée par la douane italienne est en réalité une fausse copie du modèle original. Ce dernier était sacré champion du monde en 1975. La Scuderia a connu sa renaissance avec la 312T dans les années 70. Elle a été conçue par Mauro Forghieri. Elle était dotée d’un châssis mixte en panneaux en aluminium. Sa structure était entièrement en tubes d’acier. Elle possédait aussi une boîte de vitesses transversales, à cinq rapports. Toute cette constitution lui donnait un meilleur équilibre.   

Le conducteur dénoncé pour contrefaçon

Le conducteur de cette fausse Ferrari 312T a déclaré qu’il s’agissait d’une Show-car. Quelques détails ont toutefois retenu l’attention des agents. Le tout premier indice concerne la faible valeur déclarée. En effet, une vraie F312T coûte au moins 6 millions de dollars.

L’autre détail est la présentation des compteurs qui avaient une apparence très « cheap ». Le dernier détail est le mot « Ferrari » inscrit sur le tableau de bord qui ne répond pas au style de la marque.

L’aide d’un expert a révélé qu’il s’agit d’un abus des droits de propriété intellectuelle, car cette voiture n’était pas une œuvre de Ferrari. Il a ainsi déclaré qu’il s’agissait d’une contrefaçon d’un produit avec de faux signes introduite dans l’état et le commerce.

Voitures d’occasion, Actualités automobiles, Vous aimerez lire aussi …

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email