Vente aux enchères de bolides de repris de justice

Une vente aux enchères de véhicules ayant appartenu à des repris de justice a été organisée vendredi 5 novembre à l’initiative du ministère de l’Économie. Un lot composé de voitures de luxe et autres prestigieux biens, saisis ou confisqués par la justice. Les détails de cette action dans la suite de cet article.

Le contexte de cette vente aux enchères peu ordinaire

C’est l’agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisi et confisqués (AGRASC), en concomitance avec la direction nationale d’interventions domaniales (DNID), qui ont organisé la vente aux enchères de ce vendredi 5 novembre 2021 à Bercy. Les biens vendus sont issus de saisies judiciaires faisant suite à certaines procédures pénales. Mais, cette vente aux enchères est peu ordinaire puisque que ce ne sont pas moins de 300 biens, dont de nombreux véhicules de luxe de délinquants, qui seront soumis au marteau. Une façon de marquer les 10 ans de l’AGRASC qui déclare mener cette action pour « améliorer l’efficacité de la réponse pénale visant la criminalité organisée ».

Tous les véhicules, qui ont appartenu à des membres du banditisme et à leur entourage, sont vendus avec une motivation : sanctionner les délinquants qui « font plus souvent appel pour récupérer leurs biens que pour revoir leur peine » selon le président de la DNID, Alain Caumeil.

Que peut-on trouver dans cette vente aux enchères ?

Cette incroyable vente aux enchères ne propose que des biens de luxe : bijoux ou pièces d’horlogerie, vêtements et maroquinerie, grands vins et surtout véhicules de prestige. On retrouve 14 modèles de voiture de luxe et une Citroën Traction. Parmi les véhicules haut de gamme, certains sont assez communs comme une Mercedes CLA ou le SUV de Range Rover nommé Velar. Mais, on retrouve également un Porsche Cayenne, une Mercedes AMG GT Roadster et une Lamborghini Aventador. Cette dernière est mise à prix à partir de 150 000 €.

Comme dans toutes les ventes aux enchères la possibilité de faire de bonnes affaires est intéressante, mais il faut bien étudier chaque mise en vente. C’est par exemple le cas d’une Lamborghini Gallardo de 2010 et de 40.000 km au compteur lancée à seulement 25 000 € avant enchères. Cependant, on peut noter que le véhicule est dépourvu de pare-choc ce qui peut inquiéter : personne ne sait en effet le sort qu’a subi le véhicule avant d’être saisi. Les kilométrages ne sont pas non plus toujours garantis : comme cette Audi RS6 au compteur baissé. Enfin, il faut être vigilant quant à l’état des éléments mécaniques avant de se lancer dans un achat et savoir que certaines voitures n’ont jamais été immatriculées … 

L’État propose ce type d’opération, car les frais de gardiennage des voitures de luxe sont très importants. Toutefois, ces ventes aux enchères interviennent avant le jugement des bandits présumés. Bien sûr, s’il s’avère que l’accusé est finalement relaxé, il sera dédommagé du tarif de la vente, faute de pouvoir récupérer son bien. 

Voitures d’occasion, Actualités automobiles, Vous aimerez lire aussi …

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email